Avertir le modérateur

- Page 3

  • quand douceur te fait ...

    Quand douceur te fait naître
    Sous ma main
    Quand ton corps s'ouvre
    A mes lèvres,
    Quand mon sang
    T'irradie de son amour
    Quand mon coeur
    Te fait dieu
    Au nom de mon désir

    Avec ma peur et mon plaisir
    Je te cherche dans la nuit
    Regard aveugle
    Au désespoir secret.
    L'indifférence
    A des mensonges si tendres.

    Quand vient l'instant
    Où je ne suis qu'à toi
    Plus qu'un tremblement
    Plus qu'une vibration
    Le temps complice
    Et ta joie sereine

    Je voudrais que là s'achève
    Ce que je ne peux plus dire.
    Ce bonheur perdu sitôt que tu me quittes
    Ce bonheur infidèle
    Que j'ai conquis de mes rêves

    Et toi qui t'en vas
    Plus vivant qu'une vie
    A l'aube d'un naufrage..

  • un souffle de vent(inédit)

    Un souffle de vent
    Sur la blessure du songe!

    Paradis parfumé de l'enfance
    Rosiers, orangers
    Ciels tendres des nuits douces
    Où tout était encore ignoré.

    Je revis parfois
    Ces instants infinis
    Parfaits et achevés.
    Mémoire qui me caresse
    D'une brise de tendresse.

    Un souffle de vent
    Sur la blessure du songe!

    Nostalgie souveraine
    Parfum d'un soir d'été.
    Le temps glisse dans
    La ronde des senteurs
    Les souvenirs sont langueur
    Les souvenirs sont couleurs.

  • mais où se cache le diable aujourd'hui?

    Voilà trois jours que je ne pense qu'à cela, que j'en rêve la nuit, que je délire en silence, que j'implore le dieu des folies douces de bien vouloir m'offrir la lueur d'une inspiration, car ma respiration elle est à bout de souffle. Je souffre, je souffre.

    Moi qui fais vent de tout mot, moi qui bois à l'enfance en regardant bouger mes doigts de pieds, moi qui comble mes amants d'histoire à dormir debout pour qu'à deux nous jouissions comme des somnambules de nos désirs, et bien là, je craque comme un sarment de vigne, comme mes rhumatismes soignées dans un baume d'algues et de bonnes paroles.

    Ne suis je pas encore jeune et belle, si belle que mon regard fait voler en éclats les miroirs? Si belle que mes fausses dents brillent comme des joyaux? Si belle que les hommes baissent les yeux pour ne pas être éblouis?
    Non, non je ne vous dis pas la vérité.Seuls m'intéressent les mensonges et le frou-frou des mauvaises intentions. Les pavés de l'enfer sont mon paradis.

    Mais où se cache le diable aujourd'hui? Il pleut de la colère, il vente de la tristesse, les jours s'étirent dans un bruit d'arme blanche et les mots se retirent des bouches fermées. On ne rit plus mais on joue . On achète l'espoir avec des tickets de hasard et on perd pour que les autres gagnent.
    Seuls, seuls ils grattent, étourdis, dans leur petit coin de rue, cherchant leurs illusions. Ils oublient qu'avant on se donnait la main pour danser et que les rondes tourbillonnaient comme des soleils.
    Mais où se cache le diable aujourd'hui?

    Je me bats contre lui pour garder mes mots, car il y a bien longtemps qu'il m'a enlevé mes histoires. Je ne raconte plus rien, je ne crée plus rien. J'attends . Je tire mes doigts de pied. Je me fais un café. Je regarde le jour se lever, la nuit tomber. Je regarde la lune mais je n'ai plus de mots pour la chanter.
    Je me dis parfois que si je tuais mon patron, çà me ferait une histoire. Mais ce sont les autres qui en profiteraient. alors non!

    Je me dis parfois que si je couchais avec mon patron-il n'attend que cela- çà ferait une histoire. Mais il est chauve comme un œuf, gras comme un porc, gluant comme un lichen. Alors non!
    Je me dis parfois que si je me suicidais çà ferait une histoire. Mais non, on le sait bien les gens heureux sont sans histoire!

    Alors je continue à chercher: pour un sourire, un regard, un applaudissement. Car qui dit que l'on écrit que pour soi?
    Cela fait trois jours que j'y pense: ai-je vraiment une tête d'abrutie? C'est ce qu'en dit mon patron? Et le diable est il toujours vivant? Est ce vrai que la poésie se meurt?
    Mais vous n'allez pas me comprendre. Alors à quoi bon? J'ai m es petits doigts de pied qui m'attendent. Je vais les faire danser sur du velours, croiser, décroiser, étirer. C'est émouvant je vous assure.
    Et puis quand on est arrivé à ses doigts de pied, on ne peut pas aller plus loin.


    Alors c'est comme une histoire? Déjà finie? Mais je ne l'avais pas commencé.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu