Avertir le modérateur

  • j'ai vu briller des fleurs dans tes yeux

    j'ai vu briller des fleurs dans tes yeux
    Des fleurs mauves et bleues
    Bravant le bord des cils
    Et des soleils éclatés
    Las de rêves sensibles...

    Il y avait la vie au bord d'un gouffre
    Il y avait l'amour qui ne vous souffre
    Et le blanc manteau du désespoir
    Et le ciel rouge de certains soirs.
    Il y avait la gloire de tous tes jeux maudits
    Et toutes ces fêtes saoulés à l'alcool de l'ennui.
    Il y avait ton silence orgueilleux
    Et mon cri courageux.
    Je déroulais des tapis de caresses
    Pour y cueillir ta tendresse
    Et je berçais ton cœur
    De toutes ses chansons tristes
    Qu'écrivent les pages sombres des artistes
    Sur la fantaisie des femmes...

    Et toi tu me jouais le mélodrame
    Mon comédien qui n'a jamais eu de larmes
    Que pour les histoires des autres.
    On s'inventait des hôtes
    Qui partageaient notre âme esseulée...
    De quelle main m'as tu créée?
    De quel regard t'ai je deviné?
    On s''est retrouvés un jour
    Nus et faisant l'amour
    Et j'ai couru vers ton cri
    Et j'ai voulu d'autres nuits
    A mourir dans tes yeux
    Pour la grâce étrange
    De ces belles fleurs bleue

  • regards(poème de jeunesse)

    Ton regard ne me reconnait pas encore
    Et pourtant il me parle.
    Il parle à mes yeux
    Qui boivent à la source des tiens,
    Il parle à mes mains
    Soudain maladroites,
    Chaudes et un peu moites
    Sous le souffle du désir.
    Il parle à mon ventre
    Qui se tord sous l'envie
    Et l'attente de toi.
    Il parle à ma bouche
    Qui sourit sans rien dire,
    A mes lèvres tremblantes
    Étreignant le silence et l'Angoisse.
    Je pense à toi
    Et tout mon corps acquiesce.
    Et mon cœur bat plus vite
    Ignorant du futur,
    Il bat fort, très fort
    Et ma gorge se serre
    Et mon regard te fixe encore
    Indifférent à la foule qui nous entoure.
    Il te demande pardon
    De vouloir t'aimer déjà,
    Et te dit qu'il a mal et froid
    Loin de toi.
    Je tressaille et j'ai peur.
    De ton absence, de ta présence
    Toi qui n'est que mon rêve
    Toi qui ne m'aimes pas.

  • citation de la lettre evene

    La rentrée littéraire est une maladie française qu'il ne faut surtout pas soigner.
    [ Frédéric Beigbeder ]
    Extrait du magazine Lire - Juillet 2004

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu