Avertir le modérateur

  • ombrages

    Jardins,
    Ombrages, feuillages, matin.
    Soleil doré
    De tes baisers.
    Bouche charmante sur ma main.
    Désir. Morsure. Venin.
    Glissement de l'espace vers mon sein.
    Mots froissés
    Gémissants autour de mon cou
    Comme des colliers.
    Un doigt entre mes lèvres
    Fouillant l'infini de tes rêves
    Tu guettais dans mon cœur un éclat de tendresse
    L'entrebâillement d'une porte s'ouvrant sur un combat.

    Revenir en haut

  • vieillir et aimer

    Vieillir n'empêche pas d'aimer
    Aimer n'empêche pas de vieillir.


    Elisabeth Mesner.

  • le petit déjeuner

    Odeur chaude, qui fait s'ouvrir les narines, berce le cœur, ouvre les sens: celui du café.
    Café du matin, un peu de lait crémeux, mélange indigeste que je bois depuis l'enfance. Comme si cette habitude là m'empêchait de vieillir "plus".

    Le café au lait, c'est une amertume onctueuse et gouteuse, qui me rappelle que je suis une femme de gout et de plaisir.

    Le petit déjeuner, le seul moment ou ma solitude est un choix, où mes pensées me laissent en paix. Je bois, gorgée après gorgée, car chaque gorgée me réchauffe et m'attendrit. Je ne trempe pas le pain dans le café(horreur). Heureusement, j'ai trouvé dans une boulangerie des ficelles bien cuites, sur lesquelles j'étale mon beurre fondant. Joli couleur or. Quand j'aurais fini, je sais qu'une sensation d'euphorie viendra clore cette fête des sens.

    Énergie vitale. Avoir faim, boire chaud. Le matin je n'allume ni la radio, ni la télé. Il sera toujours temps de vivre avec ce monde en précipice.
    Le matin c'est l'instant où je m'appartiens. Une plénitude qui ne durera pas, mais une apparence qui est vrai. Ne pas se diluer encore dans les angoisses à la fois diffuses et innées. Traîner, se lover dans ma robe de chambre. Je me laisse envelopper et caresser par la douceur moelleuse du bambou. Payé 25 euros au marché. Une douceur qui ne ment pas comme les crèmes anti-rides. Moi ce serait plutôt les poches sous les yeux. Les joues creuses, les lèvres qui se sont affinés. Et le teint gris de Paris.
    Mais la vieillesse n'est pas encore cela. Le désir n'a pas quitté mon corps, ni mes rêves.Ni mon envie de créer, ni mon envie d'être émue.Et d'émouvoir. Avec des gestes, des regards, des mots. Des attentes aussi qui signifient que le Vide n'est pas encore au rendez-vous.

    Vivre, sans oublier d'être une femme. Heureuse de l'être, même si le bonheur est une autre question.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu