Avertir le modérateur

  • toi, femme

    toi, femme

    Qui est elle?
    Elle est moi.
    Femme, elle en a le parfum, l'amour, la dépendance.
    Qu'elle joue, qu'elle rêve, qu'elle donne la vie, qu'elle nourrisse, c'est toujours avec son coeur qu'elle parle. Ces mots sont si souvent chuchotés. Sa colère brille comme une rougeur sur ses joues. Elle a les paupières qui tremblent et le menton qui s'avance mais elle ne se bat pas. Elle déteste les coups. Elle hait la violence.
    Elle hait le manque, la douleur, l'indifférence. Elle voudrait que sa vie ne soit qu'une page de tendresse écrite avec les regards aimés, même si certains sont morts mais jamais oubliés.
    Elle ne sait pas ce que c'est l'oubli. Elle ne quitte jamais tout à fait les êtres qu'elle rencontre parce qu'ils sont tous un petit peu d'elle même, et si elle s'égare parfois, elle ne veut pas se perdre tout à fait.
    Elle se trouve simple puisqu'elle sait ce qu'elle n'aime pas et ce qu'elle aime.
    Elle a le sentiment d'avoir choisi sa vie en acceptant les aléas du Hasard.
    La seule chose qu'elle ne sait pas, c'est être là où elle est, vivre l'instant présent. Vivre, sans penser qu'elle va mourir, vivre sans se retourner vers son passé comme vers un miroir où tout devient de plus en plus flou.
    Elle se dit aussi parfois, tantôt rieuse, tantôt tremblante: et si les hommes n'existaient pas, saurait-elle qu'elle est une femme?
    Elle ne sait que répondre.
    Les femmes sont si proches d'elle: elle contemple en elles les richesses qu'elle posséde. Elle échange avec elles des rires et des rêves mais pourrait elle encore rêver sans les hommes?
    Elle serait morte d'ennui depuis longtemps.
    Grâce à eux, elle n'a jamais douté que la vie ait un sens.
    Grâce à eux, elle contemple tous les jours son oeuvre de mère, sûre d'être toujours aimée et de continuer à se voir vivre
    " Dans ces yeux de lumière, dans ces cheveux de sable, dans ces lèvres de soie, dans ces mains d'enfant qu'elle regarde, caresse et porte à ses lèvres.

  • citation evene

    On se toucherait bien, mais on n'arrive qu'à se donner des coups. « Envoyer à un ami
    « Dans mon citabook
    [Jean-Luc Godar

  • me fais violence

    Me fais violence sans violence
    Me fais l'amour sans amour
    Me fais souvenir sans en rire
    Me fais pleurer sans rien dire

    Et comme la pluie légère
    Sur la mousse des chagrins
    Fais ce voyage incertain
    Qui m'emmène vers hier...

    Me fais rêve de ton rêve
    Me fais blessure de ton nom
    Me fais danse du temps perdu
    Me fais cri de l'ombre et de la soie

    Et comme le zeste amer
    des bonheurs enfouis
    L'écume des mers
    Qui se brasse sans bruit

    Me fais douce dans la douceur
    Me fais femme dans un homme
    Me fais aube dans cette aube.

    Jusqu'à ton adieu joyeux
    et l'écho tremblant
    De ce qui ne reviendra plus...                                          pour Kriza qui aime toujours ce poème.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu